Recueil de notations

Archive for the ‘Notation de la vie quotidienne’ Category

Un impalpable moment d’humanité

In Notation de la vie quotidienne, Propos, Rêveries, RetourDuSoir, Sarcelles, Transports on 22 octobre 2016 at 12 h 22 min

Ça s’est passé un 13 octobre 2016 au soir. Un infime et imperceptible moment d’humanité entre deux personnes, imperceptible à tout autre qu’à un témoin sorti de sa distraction, et que sans doute ses deux protagonistes ont déjà oublié…

r1024_2014-0501_train-pluie_02-partiel

Lire la suite »

Oubli

In DépartDuMatin, Notation de la vie quotidienne, Sarcelles, Transports, vite noté on 22 octobre 2016 at 11 h 12 min

C’est sous la pluie, mais sur le quai du RER, que tu t’aperçois de l’oubli de ton salvateur couvre-chef. Et là, tu ne te dis pas: «Chapeau!»

zzz-hat-157581_960_720.png

Gazouillis du 20 octobre 2016.

Un artiste dans le RER A

In DépartDuMatin, Notation de la vie quotidienne, Transports, Vite vu on 10 février 2016 at 22 h 11 min

Ainsi commença ce départ du matin, dans le calme et la sérénité, une série de gazouillis que je retranscris ici…

Lire la suite »

Retour du soir… au printemps

In Notation de la vie quotidienne, RetourDuSoir, Sarcelles, Transports on 10 avril 2015 at 22 h 35 min

Une série de tweets… mais, pour les présenter, pas de reprise : l’utilisation de l’application en ligne Storify.

Suivez le lien…

Avec Cole Porter en tête, la nuit se fait élégante

In Notation de la vie quotidienne, Rêveries, RetourDuSoir, Sarcelles, Transports on 13 février 2015 at 21 h 55 min

Voilà ce qui arrive quand on repart, la nuit tombée, sous la pluie, avec un air du grand Cole Porter qui vous trotte dans la tête  sans arriver à s’en rappeler le titre…

Lire la suite »

Retour par Maisons-Alfort

In Notation de la vie quotidienne, RetourDuSoir, Transports on 8 décembre 2014 at 8 h 50 min

Nuit brouillée (photo : LBZ)

Bienheureux le Parisien qui a laissé passé le dernier métro: il peut toujours espérer trouver un taxi (à défaut de compter dessus). Mais malheur au grand-banlieusard qui commet une irréparable erreur à l’heure du dernier train! (Quoique…).

Lire la suite »

Brouillard (#ddm)

In DépartDuMatin, Notation de la vie quotidienne, Sarcelles, Transports, vite noté on 27 octobre 2014 at 22 h 42 min

#ddm (Départ du matin: 27 octobre 2014).

R1K-2014-1025_brouillard-001

D’un simple regard, se sentir tout soudain envahi par la glaciale humidité ambiante,
et craindre la journée entière.

— Luc Bentz (@LucBentz) October 27, 2014

(Une autre approche sur mon blog photo.)

Retour du soir (2 octobre 2014)

In Notation de la vie quotidienne, RetourDuSoir, Transports on 6 octobre 2014 at 23 h 03 min

Retour du soir — enchaînements de tweets

Début :

REDIM-2012-08-23_RER-C_St-Michel_002

Évidemment, à ces heures-là, quand on voit partir le RER en arrivant sur le quai, gare de Lyon, on SAIT que le suivant est 1/2 h plus tard.

Nous voici donc avec une demi-heure à tuer, et un courant d’air qui fait remonter les actions d’une sinusite naissante.

Rien ne se passe. Deux messieurs (40, 50 ans) discutent doucement à côté de moi, sur le banc (Mais ni Souplex ni Jane Sourza.) Lire la suite »

Remarques décousues ou «des moments» d’un trajet en banlieue

In Notation de la vie quotidienne, Rêveries, Transports on 16 août 2014 at 19 h 05 min

Vignette-1

C’est un trajet ordinaire, un onze août, de Sarcelles à Clichy (Clichy-la-Garenne, dans les Hauts-de-Seine, quand bien même on y chercherait en vain sans doute les lièvres ou lapins en liberté… sans parler même de la garenne).  En voici un ressenti décousu, fuguant et fusant en tous sens… Mais pourquoi pas? Quelques impressions au fil de l’œil avec des digressions assumées: c’est la non-règle du jeu que j’invite pourtant la lectrice ou le lecteur à suivre.

Lire la suite »

La grisaille et la nuit

In Notation de la vie quotidienne, Rêveries on 24 avril 2014 at 23 h 41 min

2014-0424_nuit

 
La grisaille semble devoir durer, plus triste encore que la nuit imminente,
comme une éternité cachant toute lumière.

C’est que la nuit sait être lumineuse, ouvreuse d’infinies rêveries,
de rêveries d’infini que balise le firmament.

La grisaille écrase tout de son étouffante uniformité,
sans laisser l’espérance du moindre point de fuite.

Lire la suite »